L’annonce fin 2018 de la création de l’index égalité hommes-femmes a braqué les projecteurs sur un biais ancré de longue date dans les entreprises françaises. Avec un résultat mitigé trois ans plus tard.

Le mouvement MeToo a été dix fois plus efficace pour libérer la parole, déplore Thomas Germain, directeur associé chez Human & Work. Finalement, l’Index a été révélateur qu’une autre étape s’avérait nécessaire.